VIDEO : Chauffeur de bus : un métier d’hommes ?

08/03/2019
vrouwendag

Le métier de chauffeur de bus fait l’objet de nombreux préjugés. Conduire un bus serait typiquement destiné aux hommes. Et le cliché « femme au volant, mort au tournant » a la vie dure. Chez Keolis, des femmes apportent la preuve du contraire. Les chauffeurs masculins sont également d’avis que les femmes peuvent être aussi bonnes conductrices que les hommes.

Représentant une part de 15% seulement, les femmes sont clairement minoritaires. Nous avons demandé à nos chauffeurs quelle en est la raison.

Buschauffeur Bus4You
Je hebt met je fiets leren rijden, dat is gelukt.  Erna heb je met de auto leren rijden, dat is ook gelukt. Met de bus leren rijden, dat is bij mij gelukt, nu is het aan jou, aldus Petra.

Laura, chauffeur de bus depuis 5 ans, entend parfois dire que les femmes seraient moins hardies : « Il arrive que des passagers me demandent si j’ose conduire un bus aussi grand. Mais au final, ce n’est pas plus compliqué pour une femme que pour un homme. »

Petra, chauffeur de bus depuis 19 ans l’explique en ces termes : « Des gens me disent qu’ils n’oseraient pas le faire ou n’en seraient pas capables. Je leur réponds : ‘Pourquoi pas ? Tu as d’abord appris à rouler à vélo. Ensuite, tu as appris à conduire une voiture. Alors tu peux bien apprendre à conduire un bus !’ »

Petra et Laura sont donc persuadées que tout le monde peut apprendre à conduire un bus. Il suffit simplement d’oser franchir le pas. 

Dans le passé, les préjugés étaient monnaie courante. « C’est une idée datant du siècle dernier que le métier de chauffeur est réservé aux hommes, » précise Armand, chauffeur de bus depuis 17 ans. « La situation s’est améliorée au fil du temps mais avant, vous deviez vraiment vous battre encore plus. Fort heureusement, les choses évoluent dans le bon sens. Avant, c’était plus difficile pour les femmes qui débarquaient dans un véritable bastion masculin. De nos jours, on accepte davantage une femme au volant. »

Bien qu’Armand et ses collègues masculins ne considèrent plus les femmes au volant comme une exception, les collaboratrices féminines doivent parfois faire face à des remarques.

Sara, qui exerce le métier de chauffeur de bus depuis quelques mois, doutait d’elle-même car des personnes de son entourage lui avaient dit qu’ils ne l’imagineraient même pas rouler en voiture. « Les gens jugent bien trop vite les jeunes et plus particulièrement les jeunes femmes comme moi. Ils n’imaginent pas qu’on puisse conduire un bus », explique-t-elle. « C’est marrant de voir leur tête lorsqu’ils constatent que c’est pourtant le cas. »

Ingrid et Kathleen, chauffeurs de bus depuis respectivement 12 et 13 ans, sont elles aussi ravies d’avoir choisi ce métier : « L’apprentissage n’a pas été facile mais j’ai tenu bon, » raconte Ingrid. « Et je suis vraiment contente d’avoir persévéré car j’aime mon boulot. » Kathleen pour sa part déclare : « J’ai la chance d’exercer un métier qui me plaît. Et j’espère bien pouvoir continuer à travailler comme chauffeur de bus pendant quelques années encore. »

En compagnie des autres femmes employées chez Keolis, ces trois conductrices de bus prouvent que la profession convient aussi bien aux femmes. Et même des hommes en sont convaincus.

 « Chauffeur de bus est un métier pour lequel les hommes et les femmes sont tout autant prédestinés. Tout le monde peut se montrer courtois et peut apprendre à conduire… alors, tout le monde est capable de devenir chauffeur de bus » explique Jan, chauffeur de bus depuis 13 ans.

Un brin d’audace, de la confiance en soi et le permis de conduire adéquat… il n’en faut pas plus pour être un bon chauffeur de bus.

Chauffeur de bus, un métier réservé aux hommes ? Rien n’est moins vrai

Copyright © 2019 Keolis All Right reserved | Privacy | Website by Flexvision